Les chroniques poétiques

[Ce soir (ou jamais!)] Synthèse poétique « loi travail »

Ce soir (ou jamais!) : Débat sur la « loi travail »
le 4 mars 2016

ce soir jamais 3 mars

Synthèse poétique :
Vincent Avanzi est un chroniqueur poétique et poète d’entreprise, fondateur d’Une Odyssée Humaine et de La Plume Du Futur. Voici sa synthèse poétique de l’émission du 4 mars 2016 sur la « Loi Travail »

Résumé de l’émission :
Pour évoquer la «loi travail» soutenue par la ministre Myriam El Khomri, Frédéric Taddeï accueille sur le plateau Philippe Aghion, économiste, Anne Debregeas, ingénieure et syndicaliste à «Sud Energie», Alain Deneault, philosophe, Diana Filippova, membre fondatrice du collectif «Oui Share», Isaac Getz, professeur de leadership et d’innovation, Christine Kerdellant, directrice de la rédaction de «L’Usine nouvelle», Julien Leclercq, chef d’entreprise, et Dominique Méda, philosophe et sociologue.
Pour visionner le Replay, cliquez sur ce lien.

Notre Code du Travail rentre-t-il encore
dans le château de Versailles ?

L’entrepreneur audacieux est ce rebelle qui change le monde.
Lampe de bonheur dans les yeux, ses décibels enchantent les ondes.
Alors comme ça Monsieur Taddeï voudrait apporter son petit grain de ciel
A un débat sur la loi travail qui fait déjà o-rage et beaucoup d’étincelles !

Selon Diana Filippova, le « travail » ne se résume pas au salariat ni au CDI.
Et c’est vrai qu’on sent comme un malaise auprès des syndicats avec la loi El Khomri.
Alors, et si on arrêtait les conneries et on se focalisait sur la trésorerie de notre pays !
« Allons enfants de la patrie, marchons ensemble pour le profit »!

Va-ton prendre le risque de croire en notre chance et d’entrer ensemble dans la danse ?
L’économie mondiale avance en attendant la prochaine révolution de la France.
En effet, le code du travail serait encore un code d’enfants et non d’adultes responsabilisés au 21ème siècle.
Alors quand est-ce que sonnera la fin de notre quête de paternité providentielle envers l’Etat comme le souligne Isaac Getz?

A l’heure où le plein emploi est devenu un anachronisme,
De par l’automatisation et la robotisation à horizon 2050,
Est-ce que la politique devrait vraiment se soumettre à l’économie,
Pour s’adapter à la  mondialisation du libre-échange ?

L’économie est uberisée, bientôt freelanciarisée.
Donc va-t-on vers du travail qualifié, des travailleur protégés, une gouvernance modifiée,
Et un capital plus justement redistribué ? En fait, la question est :
Pourquoi parle-t-on de la loi travail quand il faudrait un changement holistique du marché?

D’ailleurs, à la question de savoir si notre taux de chômage est du à la complexité singulière de notre code du travail,
Dominique Méda ne le croit pas assez volumique pour remplir chaque Aile des Ministres du château de Versailles.
Julien Leclerc, lui, dit que : les PME, qui représentent 90% des emplois, subissent toujours  « l’effet Walmart »,
Si j’ai bien compris, quand une multinationale débarque, tous les petits commerces repartent !

Situation uberesque des « salauds de patrons », alors à quand la nouvelle loi Macron ?
Si un salarié n’a pas de sens à son charbon, pourquoi attendre qu’il demande pardon ?
Quant à Trepalium, le futur Elysium, ce mur qui sépare les hommes, d’un côté les actifs, de l’autre les chômeurs,
A la recherche du bonheur, au travail, on peut se demander s’il ne faut compter que sur son cœur !

Alors à tous les travailleurs libérés en free-lance qui s’activent quand même pour la croissance,
Le travail est une « rencontre » entre des compétences, mais dans quel sens ?
Le slogan : Souriez, vous travaillez, pour moi, oui d’accord, mais pour quoi ?
Mobilité, embauche, licenciement, précarité en poche dit gentiment
Passé, futur, présent, faut-il éteindre les lampe torche des sentiments?

En fin de conte, il est possible que R .H. voulait juste dire : « Rendre Heureux ».
Donc pourquoi ne pas co-construire ensemble de nouvelles 30 Glorieuses ?
Sur la rive du bien commun, « seul on va vite, ensemble on va loin »,
Donc avançons main dans la main, pour réunir nos forces et ne faire qu’un.

Une économie est souvent plus performante quand chaque actif est dans son élément,
Donc faisons-nous confiance, l’avenir appartiendra surement  à ceux qui se lèvent « tôt-lérants »!

Auteur : Vincent Avanzi

Découvrez plus de synthèses poétiques


Vincent Avanzi  est un globe-trotter, chroniqueur poétique et poète d’entreprise. Fondateur de La Plume Du Futur, il accompagne des entrepreneurs et des entreprises dans le déploiement de leurs talents créatifs et leurs richesses humaines. Contributeur au journal Les Echos et auteur des ouvrages  Sur la Route de Soi  La Poésie de La Vie – L’Edendorado, il intervient également en tant que Maître de Cérémonie Poétique dans des événements pro et grand publics.

Laisser un commentaire, une pensée, un vers

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s